Depuis ces dernières années, la maîtrise de l’orthographe fait débat parmi les pédagogues. Plusieurs enquêtes ont en effet démontré une baisse générale du niveau des élèves.

Pour qu’une langue comme le Français puisse apporter toutes ses richesses au plus grand nombre, pour que l’apprentissage de ces formidables outils que sont la lecture et l’écriture ne soit plus synonyme de supplice,..

l‘ensemble scolaire Fénelon-La Trinité a pensé à l’avenir de tous ses élèves du collège et du lycée en leur offrant, (sans frais supplémentaire pour les familles), l’accès au programme d’apprentissage “Projet Voltaire”.

 

Selon un sondage mené par le Projet Voltaire :

En 2016, les sondés maîtrisaient 43,25 % des règles de l’orthographe, contre 51% en 2010.

Trois chiffres clés :

 81 % des entreprises considèrent l’absence de maîtrise de l’orthographe comme un obstacle pour retenir la candidature d’un cadre. 

71 % des recruteurs qui se renseignent en ligne sur les candidats déclarent que les fautes d’orthographe sur les réseaux sociaux jouent en leur défaveur. 

60 % des 60.000 CV reçus chaque année sont rejetés en raison d’erreurs de grammaire, d’orthographe et de ponctuation.

Or une bonne maîtrise de l’orthographe est dans le monde du travail indispensable.

Il est reconnu qu’une faute d’orthographe peut écarter un candidat ou faire perdre un contrat à une entreprise…

 

Le Projet Voltaire ?

Le Projet Voltaire est une chance pour tous de mieux maîtriser l’orthographe. C’est un service en ligne de formation à l’orthographe. C’est la référence en matière d’entraînement en orthographe et grammaire (360 règles recensées par des experts reconnus, plus de 8 000 exercices différents pour s’entraîner). Il compte plus d’un million d’utilisateurs et est déployé dans plus de 200 établissements en France (entreprises, universités, écoles d’ingénieurs, écoles de commerce, collèges, lycées, centres de formation…).

La progression est en principe rapide grâce à une méthode efficace qui repose sur la technologie unique au monde de l’Ancrage Mémoriel® assurant une mémorisation rapide et durable.

Tout commence par un test de positionnement qui permet d’identifier le niveau initial de chaque élève sur 140 règles d’orthographe. Un algorithme maison crée alors un programme personnalisé qui débarrassera peu à peu l’élève des fautes de grammaire et d’orthographe qu’il commet systématiquement. Le système effectue un diagnostic continu du niveau de l’élève sur un ensemble de difficultés, et élimine les points de français qu’il maîtrise d’ores et déjà, pour se focaliser sur les lacunes qu’il a. Une remise à niveau personnalisée, décomposée en sept niveaux classés dans un ordre croissant de difficulté est donc proposée. Différents modules d’entraînement à l’orthographe sont ainsi disponibles en ligne, accessibles à toute heure et également via des applications mobiles, le tout sous une forme intuitive et s’adaptant constamment au niveau d’apprentissage et d’assimilation, pour éviter les redites.

L’élève avance à son rythme depuis un ordinateur connecté à internet et valide ses acquis. Il peut également s’entraîner et observer ses progrès à la maison. Les élèves peuvent ainsi revoir les règles de grammaire, d’orthographe et de conjugaison d’une manière ludique, recevoir des compléments d’information en cas de besoin et ainsi progresser vers un seuil de validation qui leur permettra de passer à un niveau supérieur.

 

LA CERTIFICATION VOLTAIRE

Sur le modèle du TOEFL ou du TOEIC qui indique par un score le niveau en anglais, l’objectif du Certificat Voltaire est de certifier le niveau de maîtrise des difficultés de la langue française des candidats à l’écrit, un vrai plus sur un futur CV !

Pour les plus performants, dès cette année, ils pourront passer, s’ils le souhaitent, le Certificat Voltaire (coût de la certification – valable 4 ans – à charge de la famille)

Cette attestation du niveau en orthographe peut constituer pour eux un objectif de travail et une source de motivation.

L’épreuve se com­pose d’une petite dic­tée et d’un grand QCM de 195 ques­tions qui ont été établis par un comité d’experts.